Il y a dix ans, personne n’en avait encore entendu parler : la « fatigue oculaire numérique ». De nos jours, ce grave problème touche plus de 80 % de la population. Douleurs dorsales, maux de tête, douleurs cervicales, larmoiements et insomnies… sont souvent imputables à l’utilisation d’écrans, désormais devenus indispensables tant au travail que dans la vie privée.

Les écrans endommagent gravement les muscles oculaires

Vous regardez le football à la télévision, agréablement installé sur le canapé. Et suivez les commentaires, entre deux, sur votre téléphone portable. Ou vérifiez votre courrier. Détendu, en apparence. Car pendant ce temps, vous faites travailler vos muscles oculaires plus longtemps et vous soumettez votre rétine à une quantité de lumière bleu-violet beaucoup plus importante. Ce qui n’est pas sans conséquence.

Un produit innovant

L’acteur mondial Essilor a installé sa production pour les Pays-Bas et la Belgique à Zevenaar. Celle-ci concerne principalement les verres correcteurs. Le site de Zevenaar (140 employés) est également certifié pour fabriquer les lunettes de sécurité et d’ordinateur pour Intersafe. « Les verres de lunettes sont un sujet de discussion sans fin, ce produit simple en apparence fait en effet l’objet d’une multitude d’innovations ! », commente Rinse Kijlstra. Le Key Account Manager d’Essilor pour le Benelux n’exagère nullement. Avec le chef de produit Bram Gardien, il expose les développements actuels, auxquels ils passent de nombreuses heures. Tout simplement parce que depuis l’avènement de l’ère numérique, nos yeux subissent énormément.

Une série de troubles

Le plus grand changement, c’est que nous passons désormais en moyenne 5 heures (!) par jour devant un écran. Télévision, PC, ordinateur portable, tablette, sans oublier le smartphone : nous passons beaucoup de temps à les fixer et avons adopté un style de vie numérique. Les répercussions que cela entraîne sur nous ont largement été inventoriées par Essilor. Tout d’abord, toutes ces variations de distances de vision forcent les yeux à constamment s’adapter pour conserver la netteté de la vue. Cela met nos yeux à rude épreuve. 70 % des gens indiquent en effet souffrir de temps à autre de douleurs cervicales ou aux épaules. Ensuite, tous ces écrans, ainsi que la forte progression de l’éclairage LED, nous imposent une quantité supplémentaire de lumière bleu-violet nocive. À terme, cela pourrait déboucher sur une augmentation du nombre de troubles. Il est également prouvé que la lumière bleue influence la production de la mélatonine et affecte donc notre comportement de sommeil. Les personnes qui, tard le soir, poursuivent leurs activités sur la tablette ou le téléphone portable éprouvent des difficultés à trouver le sommeil. Le Conseil de la santé des Pays-Bas recommande d’éviter autant que possible la lumière bleue dans la chambre.

15 couches de revêtement

Parmi ces techniques innovantes figurent entre autres les systèmes Crizal Prevencia et Eye Protect. Une technologie spéciale intégrée dans un verre de lunette transparent qui repousse les rayons U.V. et la lumière bleu-violet. Bram : « Cette technique est intégrée au verre et tient compte de la lumière bleue nuisible et de la lumière U.V. passant par l’avant et l’arrière du verre. Ce qui est important, car plus de la moitié de la lumière U.V. nocive atteint notre œil par les reflets renvoyés par l’arrière. Les verres Essilor Eyezen et Varilux Digitime constituent également une nouveauté. Tous deux sont destinés à une utilisation multi-écrans et contribuent à la détente des yeux, car vous passez fréquemment de l’ordinateur à votre smartphone, par exemple. Les Essilor Eyezen conviennent aux porteurs de lunettes âgés entre 20 à 45 ans. À partir d’environ 45 ans, la flexibilité de l’œil diminue encore. Pour ces personnes, il existe Varilux Digitime, une alternative qui permet une adaptation flexible aux différentes distances de vision sur le lieu de travail. Le laboratoire de Zevenaar a la capacité de meuler pas moins de 10 millions de variables de verres correcteurs. Parmi les lunettes que nous fabriquons, il n’y en a jamais deux identiques, chaque travail est réalisé sur mesure. Cette approche personnalisée signifie également que des mesures d’optique aussi sophistiquées requièrent l’assistance d’un spécialiste. De l’opticien, donc. Ce dernier cherche toujours la solution la mieux adaptée aux conditions de travail, différentes pour chacun. Êtes-vous assis derrière un écran huit heures par jour ? Ou bien alternez-vous votre travail sur ordinateur avec des réunions, où il est également important que vous ayez une bonne vision à distance ? Sur la base de ce type de questions, les lunettes sont adaptées aussi précisément que possible aux caractéristiques de correction du porteur.

Faciliter la prévention

Au siège social d’Intersafe à Dordrecht, chaque employé a reçu ses propres lunettes d’ordinateur sur mesure. Y compris ceux qui ne portent pas de lunettes. Sur ce point, le commerce de gros fait figure de pionnier, selon Rinse. « La majorité des entreprises agit dans un esprit de « résolution des troubles ». Néanmoins, nous assistons aussi progressivement à une évolution vers un comportement plus préventif, où les employeurs veulent prévenir l’apparition de troubles et tiennent à leurs employés le discours suivant : ‘Le travail que nous vous demandons requiert de passer un certain nombre d’heures par jour derrière un écran. Dès lors, nous le facilitons’. Tout comme vous offrez à tous une bonne chaise de bureau, pourquoi ne pas leur offrir également de bonnes lunettes ? »

Vous désirez en savoir plus ?

N’hésitez pas à nous contacter.